jeudi 8 juin 2017

6 juin 2017 – Le Volcan Cotopaxi, un de nos sommets d'Equateur

En 5 heures de route dans la journée, nous quittons la côte, remontons de près de 3 000 m d'altitude pour arriver sur l'«altiplano » équatorien dans une « magnifique » station-service entre Quito et le pied du volcan Cotopaxi. Le changement est brutal, avec la pluie, le brouillard et le froid...

Après une nuit à la fraîche, nous nous réveillons tôt en espérant que le temps soit un peu dégagé pour espérer voir le volcan Cotopaxi. Quasi tous les voyageurs avec qui nous en avons discuté ne l'ont pas vu !
Nous prenons l'option de rentrer dans le Parc national du même nom par l'entrée nord alors que l'entrée principale est celle du sud : 1 heure après nous avons fait 15 km !!! et pris près de 800 m d'altitude sur une route (ou plutôt) une piste de gros cailloux, presque des galets, parfois disjoints, avec de gros trous.
Nous hésitons à faire demi-tour quand soudain, « Il » apparaît au détour d'un virage. Nous voyons le volcan Cotopaxi, et ses 5 800 m, complètement dégagé, avec son panache de fumée au sommet signifiant son activité.
On mitraille quelque peu...







Quelques kilomètres plus loin, nous entrons dans le parc national sur un grand plateau à 3 800 m d'altitude avec le Cotopaxi totalement dégagé en face de nous. Le spectacle est époustouflant. Il n'y a personne et un vrai sentiment d'immensité et de sauvage à l'état pur.





Nous allons nous poser au bord d'un petit lac (laguna Limpiopungo) et y prenons notre petit-déjeuner avec une vue imprenable.




Nous y voyons arriver un bus scolaire accompagné d'un 4x4 transportant quelques parents accompagnateurs. En bonne institutrice, Aurore compte le nombre d'enfants présents dans ce bus de 38 places... Il en sortira finalement … 82 enfants !!! auxquels il faut ajouter une vingtaine d'adultes !!! Les consignes de sécurité ne sont pas les mêmes que chez nous.



Nous partons en randonnée et faisons le tour du lac. La balade est superbe à près de 4 000 m d'altitude mais hélas le temps se gâte. Le Cotopaxi se cache petit à petit. Pendant ce temps, de nombreux véhicules sont arrivés et notre sentiment de solitude a disparu.






Nous restons un moment sur le parking en espérant revoir le Cotopaxi mais nada... Nous faisons quelques kilomètres supplémentaires et allons nous garer dans un petit bivouac aménagé sous quelques pins, avec vue (potentielle!) sur le volcan.
Les enfants construisent une cabane et les parents discutent avec 3 randonneurs rencontrés sur place : des français, dont 2 originaires de l'Hérault.



On s'endort le soir en espérant nous réveiller avec le Cotopaxi dégagé en face de nous.

Au matin, cruelle déception, nous sommes dans un brouillard à couper au couteau. Mais j'ai la surprise de découvrir, en sortant du camping-car, un cerf qui était tranquillement en train de pâturer. Nous sommes nez à nez et aussi surpris l'un que l'autre et il disparaît en courant... 2 biches viennent également se nourrir à proximité de notre camping-car.

Nullement découragés, nous remontons de quelques kilomètres et le Cotopaxi émerge finalement des nuages. Le spectacle est tout aussi beau que la veille même si le ciel est plus voilé...






Satisfaits du spectacle, mais pris par le temps, nous reprenons ensuite la route en direction du Sud. Après une journée de route, parfois difficile, nous allons passer la nuit à Cuenca où nous avons prévu de rencontrer le lendemain Rodrigo et Gabriella (la « fille adoptive » de Marie-Pierre er Lucien, des amis d'Anilhac en Lozère).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire