vendredi 30 décembre 2016

30 décembre 2016 – Le Nord de la Carretera australe et le volcan Chaïten

Nous continuons la route en direction du Nord, toujours au milieu des forêts, des cours d'eau, des cascades et des glaciers qui nous surplombent, traversant des villages qui fêtent Noël, zigzagant au milieu des travaux d'amélioration de la route (nous avons déjà la chance de passer lors des fêtes entre Noël et le Jour de l'An : pas de travaux et surtout pas de camions dans tous les sens, ni de coupures de la piste sur de longues heures), quand soudain une apparition. Oui, c'est bien le soleil qui vient faire un tour dans ces contrées humides.







Nous arrivons à Chaïten, réservons de nouveaux billets pour cette fois-ci prendre les ferrys qui permettent d'achever la Carretera australe par le Nord.
Nous sommes surpris de voir, au-dessus de la ville, fumer le volcan du même nom. Celui-ci a explosé en 2008 et est depuis très surveillé.



Puis nous allons bivouaquer au bord d'une plage (Playa Santa Barbara), avec un petit air de tropique avant l'heure. Les enfants jouent de longues heures sur la plage, la maman fait de la lessive à l'ancienne dans la rivière adjacente, et nous buvons tous ensemble l'apéro le soir, sous le regard de quelques lions de mer (les tropiques mais pas trop!). Nous calons notre future randonnée du lendemain, direction le volcan Chaïten.





Le lendemain matin, mauvaise surprise au niveau météo : on n'y voit pas grand chose. Nous retardons notre ballade mais y allons quand même plein d'entrain. Le temps se lève petit-à-petit. La ballade est somptueuse mais difficile, voire très raide (600 m de dénivelé en 2 km), dans un paysage composé d'arbres morts suite à l'éruption de 2008 (morts à cause de la chaleur dégagée par le volcan). Et il fait chaud, très chaud, avec peu d'air.





Le sommet est encore plus costaud, mais le résultat à l'arrivée est à la hauteur de l'effort. Nous sommes très fiers des enfants qui sont montés, eux, sans trop de soucis. Nous découvrons la caldeira du volcan, le cône de 200 m qui s'est constitué en mai 2008, les lacs aux couleurs pas trop tentantes, les fumerolles qui se dégagent de là, avec en arrière-plan un glacier qui surplombe.





Avec un peu de retard, tout le restant de l'équipe arrive au sommet (chapeau à Denis qui a réussi à monter malgré une épaule coincée, conséquence d'une descente un peu trop brutale du camping-car de Guy et Malou).






Puis nous attaquons la descente, un peu vertigineuse, et très dure pour les genoux.



Nous sommes épuisés quand nous arrivons au parking, aménagé avec beaucoup de goût. Le sommet est entre les 2 arbres que l'on voit au sommet de la montagne.


Nous retournons au même bivouac que la veille. Et chacun reprend les mêmes activités que la veille, juste avec les jambes un peu plus lourdes et quelques coups de soleil. Soudain un bateau arrive et vient se glisser dans la petite rivière. Nous espérons acheter du poisson à un pêcheur, manque de chance, le bateau apporte… des moutons... Regardez le nom du bateau !






Aucun commentaire:

Publier un commentaire