mercredi 28 décembre 2016

27 décembre – La Carretera australe, le pays de l'eau

Alors que nous nous apprêtons à partir après une dernière nuit dans le camping à Coyhaique, Denis et Guy nous appellent depuis Puerto Chacabuco pour nous dire qu'ils venaient d'apprendre que des ponts avaient souffert du séisme sur l'Ile de Chiloé et que la route que nous comptions emprunter était désormais coupée. Nous devons donc changer nos plans. On tente donc la remontée en entier de la Carretera australe et nous nous donnons rendez-vous un petit peu plus haut pour faire la route ensemble, avec nos 3 campings-cars.

La première partie de la route est bonne, alternant goudrons, plaques de béton (paviamento) et pavés autobloquants !!
Le temps est humide et le plafond de nuages est bas. La route serpente au milieu des montagnes, des rivières et des lacs. Parfois nous traversons quelques jolis villages.





Nous nous arrêtons à une première cascade, la cascade de la Vierge.



Ce n'est que la première d'une longue série car quand on regarde plus attentivement on voit des cascades plus ou moins importantes partout dans les montagnes.

Quelques kilomètres avant Puerto Cisnes, nous bifurquons vers le Nord. Et cette fois-ci, retour à la piste... Les travaux sont en cours pour améliorer la Carretera australe, mais ce n'est pas encore fini... Et pour améliorer le tout, il pleut de nouveau.


Nous nous arrêtons peu après, au bord d'une cascade (Salto del Condor), pour passer la nuit dans le grondement permanent de l'eau.


Après une nuit sous la pluie, nous nous rendons tous les 8 faire une randonnée, Bosque encantado, la forêt enchantée. Effectivement c'est superbe, pour nous la plus belle ballade du voyage pour l'instant, d'abord dans une forêt humide digne de la Belle au Bois dormant, remplie de fougères et de lichens, alternant petits ponts de bois, et avancées sur des rondins de bois, dans un méli-mélo de cours d'eau, puis à travers des torrents tumultueux, avant d'arriver à un petit lac d'altitude aux eaux très vertes dans lequel se déversent de nombreuses cascades provenant directement des glaciers que l'on aperçoit au-dessus. Avec un soupçon de soleil en plus, cela aurait été parfait.














Puis nous reprenons la route, toujours humide et qui serpente au milieu de la forêt, des cascades et bientôt le long d'un fjord. Nous sommes en effet au contact du Pacifique. Et soudain, Aubin aperçoit des dauphins et des lions de mer...



Après encore un peu de route nous atteignons le joli petit village de Puyuhuapi où nous passons la nuit avec vue sur le fjord et en dégustant des framboises ramassées par Aurore.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire