mardi 21 mars 2017

18 mars 2017 – Cuzco, le nombril du monde inca, et la Vallée Sacrée

Notre première journée à Cuzco se passe au rythme des enfants : d'abord un peu d'école, puis beaucoup de jeux avec Abel et Ulysse, et Marley et Zahyan, en particulier la construction d'une grande cabane...

En fin d'après-midi, nous descendons dans le centre avec Gauthier et Céline et leurs enfants, et, après quelques achats, nous allons dîner dans un restaurant. C'est un peu un sketch avec le serveur qui n'est pas d'une efficacité redoutable... Les pizzas sur la carte ne peuvent être servies car le four n'est pas allumé, les menus affichés à l'extérieur ne correspondent pas à ceux de l'intérieur, le serveur n'arrive pas à prendre les commandes... malgré tout le repas est sympa et au bout du compte ce qu'il y a dans l'assiette est bon.

Le lendemain, même programme le matin, puis l'après-midi, nous partons tous les 8, à la visite de Saqsayhuaman, des vestiges incas situés juste au-dessus de Cuzco et juste à côté de notre camping. Nous prenons un guide qui nous explique l'origine de ces ruines : un temple dédié au soleil qui sera finalement utilisé comme forteresse pour se défendre contre les conquistadors espagnols.
La taille des pierres utilisées par les incas est impressionnante et la précision des découpes et des assemblages aussi. Et la vue sur Cuzco est spectaculaire.













Sur une autre partie du site, les enfants s'amusent sur des toboggans naturels et dans un tunnel complètement obscur.







Le soir, nous dînons tous ensemble... dans le froid, le plus dur ayant été de faire démarrer le barbecue avec tous ces bois humides.



Le jour suivant est un jour de départ pour Gauthier et Céline qui partent en direction de la côté puis plus loin de Lima (si l'état de la route le permet en raison des intenses pluies liées à El Nino) et pour nous qui partons en direction du Machu Picchu.
Les enfants sont tristes de laisser leur cabane dans laquelle ils ont passé beaucoup de temps.



Après une traversée complète de Cuzco afin d'éviter les routes trop étroites et trop pentues, nous sortons de la ville par le Nord. Première halte à Chinchero, un village typique abritant une église coloniale et des ruines incas. Nous y arrivons alors qu'un mariage se déroule, dans un mélange de tradition et de modernité. Nous sommes à plus de 3 700 m d'altitude.






Nous poursuivons ensuite en direction de la Vallée Sacrée et nous faisons une halte aux Salines de Maras. Au bout d'une route en terre, et nichée dans une petite vallée, les habitants du secteur ont façonné à flancs de coteaux une exploitation de sels provenant d'une source chargée en minéraux. Lors de sa première visite en 1998, Aurore avait visité cet endroit par hasard, qui, alors, était hors des sentiers touristiques. Depuis, cela s'est développé et de nombreuses boutiques de souvenirs ont vu le jour, l'activité touristique ayant largement dépassé la production de sels. Le paysage est spectaculaire avec ces polygones de couleur différente en fonction de la quantité d'eau présente, et tout ces jeux de canaux destinés à apporter l'eau, avec en arrière-plan les montagnes enneigées dépassant largement les 5 000 m. Nous sommes cependant en saison des pluies, et certaines parcelles sont pleines de boue, ne découvrant pas totalement le blanc immaculé que l'on peut observer en saison sèche.








Nous reprenons ensuite la roue en direction de Moray, à quelques kilomètres de là. Il s'agit de 3 terrasses concentriques, étagées en de profonds amphithéâtres. Les incas auraient, à l'époque, utilisé ces différents niveaux de terrasses comme laboratoire afin de déterminer les conditions optimales pour chaque culture.




De là, nous plongeons en direction de la Vallée Sacrée et d'Urubamba, puis d'Ollantaytambo, joli petit village où nous garons notre camping-car pour plusieurs nuits pour partir à l'assaut du Machu Picchu.


Photos 39 et 40

Aucun commentaire:

Publier un commentaire