lundi 13 mars 2017

12 mars 2017 – Sicuani, une halte agréable au milieu des Andes

La nuit au bord du lac Titicaca fut un peu agitée, Blanche vomissant au milieu de la nuit.
Nous restons calmes le lendemain matin avant de prendre la route en tout début d'après-midi.
Nous passons rapidement à Puno qui rappelle d'agréables souvenirs à Aurore. Elle est cependant très surprise de voir la baie complètement fermée par les roseaux, ne subsistant qu'un petit chenal.
Nous y voyons nos premières motos taxis qui tournent en nombre dans la ville.









Après Puno, nous nous retrouvons sur l'Altiplano, tout plat, mais tout vert également. Puis nous arrivons à Juliaca, la « capitale » andine, ville souvent considérée comme la plus moche du Pérou. Cela se confirme un peu avec une arrivée au milieu des détritus. Nous apprendrons plus tard que la veille encore toute la ville était paralysée par des manifestations, en particulier des éboueurs.
Nous traversons tant bien que mal cette ville qui grouille de monde ; la fin est compliquée car nous sommes sur une zone non asphaltée pleine d'énormes trous, avec plein de véhicules qui doublent à droite et à gauche.



Quelques kilomètres plus loin, changement de décor, le paysage devient superbe avec des montagnes magnifiques qui nous entourent. Seuls les détritus que l'on voit un peu partout gâchent un peu le spectacle. Les kilomètres s’enchaînent sur une bonne route à près de 4 000 m d'altitude et nous passons plusieurs villages qui rappellent tous de bons souvenirs à Aurore : Ayaviri, Santa Rosa,... Nous ne sommes pas très loin du village dans lequel elle a vécu 2 ans. Nous sommes sur la route touristique qui relie le lac Titicaca à Cuzco, mais nous ne voyons aucun touriste. Cette route longe une voie ferrée qui nous fait passer à proximité immédiate de la plus haute gare du monde à près de 4 300 m d'altitude. Seuls quelques bus et combis locaux nous accompagnent.











Puis nous redescendons sur Sicuani (à 3 600 m) où nous sommes attendus chez Jean et Silvia, des amis d'Aurore de l'époque où elle était volontaire au Pérou pour l'association Allinkawsay.

Nous passons une soirée très agréable avec eux, ainsi que Brigitte, une autre amie de cette époque autour de 2 pizzas italiennes, d'un pâté lozérien et d'une bouteille de Malbec.

Le lendemain matin, les enfants restent chez Jean et Silvia, pendant qu'avec Aurore, nous allons faire un tour au marché de Sicuani. C'est un vrai plaisir pour les yeux de voir tous les légumes et les fruits du coin, les graines, les tissus,...
L'après-midi, tout le monde jardine, avant que nous assistions à une fête dans le quartier, la yunsa. Il s'agit pour des couples, qui dansent en tenue traditionnelle, de donner à tour de rôle des coups de hache dans un eucalyptus. Celui le faisant tomber ayant l'honneur d'organiser la fête l'année suivante.






Dimanche matin, nous partons avec Jean et Silvia faire une randonnée au-dessus de Sicuani. Rapidement, nous avons une vue magnifique sur la ville et sur les montagnes qui l'entourent. Les enfants montent un peu plus haut avec Jean, pour voir en quoi sont faites les inscriptions que l'on voit sur les montagnes.





Nous rentrons en moto-taxi ce qui fait le bonheur des enfants.
A la maison, nous voyons également Santos et Antonia, ainsi que leurs enfants qui vivent sur le même terrain dans une autre maison. Aurore les connaît de son époque à Coaza. Antonia et Aurore papotent une partie de l'après-midi pendant que les enfants jouent ensemble dans le jardin.






Bilan de la semaine pour les enfants

Aubin

Les +
- Quand on a joué avec des enfants chez Jean et Silvia, on a joué à plein de jeux (à cache-cache, au foot, au loup glacé et à un autre jeu qu'on ne connaissait pas) même s'ils ne parlaient pas français.
- Quand on a pris un moto-taxi à Sicuani. C'est petit, ça fait beaucoup de bruit, mais on lui dit où on veut aller.

Le -
- Pas de moins cette semaine.

Blanche

Les +
- Ce soir, on va faire des crêpes avec Jean et Silvia. Elles seront toutes sucrées et j'espère qu'elle seront très bonnes comme d'habitude.
- Quand on a joué avec les enfants de la copine de Maman à Sicuani, c'était très bien même si on ne parlait pas la même langue, on rigolait bien.

Le -
- Quand j'étais malade à cause de l'altitude. J'ai vomi plusieurs fois et j'ai dû boire du coca-cola alors que je n'aime pas ça.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire