vendredi 11 août 2017

11 août 2017 – Retour à Montevideo, puis Buenos Aires : la boucle est bouclée !!!

Puis vint hélas le temps du retour...
Nous sommes retournés piquer-niquer à Barra de Valizas, puis dormir au Mirador des Baleines à La Paloma (avec le même résultat pour les baleines...).


De là, ce fut un peu de route en direction de Punta del Este, pour y apercevoir une sculpture spectaculaire sur la plage. Mais l'endroit ne nous a pas trop plû, avec ses grands immeubles, ses hôtels immenses et ses magasins chics : ce n'est pas un lieu à mettre un camping-car dehors, encore moins avec le temps que nous avions, car la pluie s'était invitée.




Nous avons alors mis cap à l'ouest pour nous rapprocher de Montevideo et nous poser 2 nuits dans un camping à 50 km de la capitale uruguayenne.
Le programme a alors été chargé : nous avons rangé, fait des sacs, préparé le camping-car pour le grand départ, avec pas une grande envie et des souvenirs pleins la tête.
On est quand même allé voir une maison spectaculaire construite par un hurluberlu, génie, farfelu, visionnaire (c'est au choix …).






Et hier en fin de matinée, encore un saut de puce vers l'ouest pour aller faire les papiers d'exportation du camping-car (réglés en 5 minutes, le plus long a été de se garer).
Nous sommes allés alors nous poser au bord de l'estuaire pour notre dernière après-midi dans le camping-car. Ça a été une après-midi … pâtisserie ! Eh oui, il y avait du gaz à consommer car le lendemain nous devions vider complètement les bouteilles : gâteau au chocolat et crêpes. On ne va quand même pas se laisser abattre !




Et nous sommes arrivés au grand jour... après une nuit difficile : beaucoup de vent et de pluie, ce qui a compliqué les tous derniers préparatifs qu'il fallait faire et notre dépôt du camping-car au port... mais bon, en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, nous étions redevenus piétons, sans notre fidèle Nehmo, qui a bouclé ses 36 000 km quasi sans aucun souci (hormis une crevaison, et un pare-choc en kit...). Ça a été beaucoup d'émotion mais nous n'avions pas le choix !

Un coup de taxi plus tard, puis de bus, de ferry, puis de nouveau de taxi, et, sans trop d'attente, nous étions en Argentine, à Buenos Aires, dans le même hôtel, La Querencia, dans lequel nous avions été si bien reçus à notre arrivée il y a près de 10 mois. Bon, nous étions aussi dans un tout autre état d'esprit...





Aucun commentaire:

Publier un commentaire