lundi 24 avril 2017

23 avril 2017 - La Côte Pacifique de l'Equateur (4/4)

Après ces quelques jours bien agréables à Puerto Lopez (où nous avons dû gérer notre première crevaison, un joli clou... 10 minutes, et une rustine chez le réparateur local), nous prenons la route pour 15 km vers le nord, en direction de la plage de Los Frailes.
Il s'agit d'une très grande plage sauvage, dans un Parc National.
Les enfants s'en donnent à cœur joie dans l'eau, et dans les grosses vagues qui déferlent,même si le temps n'est pas génial.





Nous poussons ensuite plus au Nord jusqu'à San Lorenzo, un endroit où les tortues marines viennent se reproduire. Manque de chance, les derniers œufs sont sortis du nid 2 nuits auparavant. Bon, on pensait qu'on n'était pas du tout à la bonne saison. Les locaux nous indiquent de revenir à partir de juillet pour en voir de nouveaux.
La plage est superbe avec au bout ses falaises rocheuses et son phare qui culmine du-haut de ses 130 m. Malgré tout, la montée est dure, en tongs, sur des marches qui se cassent la figure, mais le paysage est magnifique et nous voyons passer juste au-dessus de nous des quantités de frégates et de pélicans, et des vautours qui attendaient poser sur le sommet du phare.








A notre retour sur la plage, les enfants sont tout excités, ayant trouvé un œuf de tortue. Celui-ci est mort et dedans se trouve un embryon avorté.
Le coucher de soleil est tout aussi beau qu'à Puerto Lopez.









Le lendemain, il y a grande effervescence sur la plage. D'un côté, c'est l'heure où tous les bateaux de pêche rentrent, mais il n'y a pas de port. La technique est la suivante : moteur à fond depuis l'Océan, pour se laisser glisser sur la pente de la plage, puis on tend un câble, et avec un 4x4 sur la route, on tire le bateau et on le fait pivoter pour le remettre face à la mer.


Et de l'autre côté, montage d'une scène en vue de la fête du village avec une musique de dingue. Les basses vont vibrer le camping-car. Le jour est particulier pour les villageois : lors de la fête l'an dernier, il y avait eu un grand tremblement de terre, heureusement pour eux, tous les villageois étaient rassemblées sous ce grand barnum et il n'y avait eu que des dégâts matériels pour eux. Ils avaient même fini la fête sur les hauteurs du village suite à l'alerte au tsunami qui avait suivi.


Nous quittons, dans les vibrations des basses, ce très agréable village et remontons en direction du Nord. Nous déjeunons sur une plage avant Manta. On en profite pour faire coiffeur sur la plage.


Puis nous quittons la Côte Pacifique équatorienne et partons cap à l'est en direction de Quevedo d'abord. Nous traversons des zones de bananeraies, de cacaoyers, et des villages marqués par les stigmates du tremblement de terre de l'an dernier.


Nous passons la nuit dans « complexe touristique » ; en fait une piscine bien chaude où les enfants traînent de longues heures (tant le soir que le lendemain matin), avec une piste de danse et un lieu pour un karaoké.


Nous continuons le jour suivant cette route avec les mêmes paysages jusqu'à une station-service au pied des Andes que nous aborderons dès le lendemain.







Aucun commentaire:

Publier un commentaire